Espace adhérent

J'ai oublié mon mot de passe


Les activités



La rubrique Stages et emploi, en « home » de notre site, vous donne accès chaque jour à près de 100 nouvelles annonces accessibles en ligne, de stages, d’emplois (CDD ou CDI) émanant de grandes entreprises françaises et internationales, et la possibilité de contacter directement les recruteurs.
C'est aussi, pour les lycéens, autant d'idées de métiers à interroger, de formations à suivre pour acquérir des compétences concrètes, utiles, demandées, et travailler votre "savoir être".

Après avoir signé plusieurs biographies consacrées à Yves Saint-Laurent, Marie-Laure de Noailles, après avoir fait parler de leur plus bel âge de grands octogénaires affranchis, consacré un livre à la maison Lancel, Laurence Benaïm a voulu, très naturellement, remettre dans les projecteurs et rendre hommage à son tour à Jean-Michel Frank, grand décorateur et créateur des années folles, injustement oublié.

Vendredi 31 mars 2017, 4h30 du matin. La fine fleur de l’AEJS et l’état-major de la cité scolaire Janson de Sailly retrouvent au pied de la tour de Rungis, mauve dans la nuit noire, Francis Lefèvre, secrétaire général de la Semmaris, membre du conseil d’administration de l’AEJS, pour une visite VIP qui, en près de quatre heures, leur permettra de découvrir les entrailles du plus grand marché de produits frais au monde.

Le mardi 28 mars, à moins d'un mois du 1er tour de l'élection présidentielle 2017, l'AEJS réunissait une soixantaine de membres et amis autour de Nicolas Beytout, président fondateur et directeur de la rédaction du journal l'Opinion dans les salons du prestigieux Yacht club de France. Fin connaisseur de la vie politique et du monde économique, journaliste indépendant et avisé, Nicolas Beytout a notamment décrit et expliqué de façon passionnante la révolution du paysage de l'information (supports, attentes, contenus...), le bouleversement de l'économie de la presse et les conséquences des nouveaux modes de consommation sur la qualité d'une information de plus en plus fragile, de moins en moins vérifiée et mise en perspective.
Les temps forts, en images, en cliquant sur le lien ci-dessous.


Luc Oursel


Luc Oursel s’est éteint le mercredi 3 décembre 2014, à 55 ans, des suites d’une cruelle maladie.

Après trois années à la tête d’Areva, Luc Oursel avait passé la main de manière transitoire au numéro deux, Philippe Knoche, le 20 octobre 2014.

Le groupe Areva, a salué l’« engagement » et le « courage » déployés par Luc Oursel pendant les sept années passées dans l’entreprise.

Le président de la République a salué « un industriel qui a mis toute son énergie au service de l’économie et du rayonnement international de son pays », tout comme le premier ministre qui a immédiatement rendu hommage à « un grand capitaine d’industrie ».

Ingénieur des mines, Luc Oursel a débuté sa carrière en 1982 à la Compagnie des mines d’uranium de Franceville, au Gabon. Après avoir occupé des fonctions aux ministères de l’industrie et de la défense, il passa ensuite neuf ans chez Schneider Electric. Il fut également directeur général de Geodis. Il entra chez Areva début 2007 pour prendre à la direction d’Areva NP, la « business unit » chargée de développer les réacteurs, notamment l’EPR, avant de devenir en 2009 directeur général adjoint chargé des opérations du nucléaire et d’assurer le suivi des grands projets. Il occupa ensuite le poste de directeur général délégué (marketing, international et projets) avant de succéder le 30 juin 2011 à Anne Lauvergeon dont il était le bras droit, pour un mandat qui aurait dû durer cinq ans.

Malgré un emploi du temps surchargé, Luc Oursel avait tenu à rejoindre ses amis jansoniens – toutes générations confondues - pour un diner-débat dont beaucoup se souviennent, le 21 novembre 2012.

Un portrait de Luc Oursel, le démineur, paru dans le journal Le Monde en décembre 2011.


 
 



Revenir à l'accueil - Revenir à la liste des actualités